Oui, la profession des amidonniers est fière de ses produits et de son savoir-faire Une étape supplémentaire dans le dénigrement a été franchie.
14 décembre 2018

Et c’est inacceptable. Mardi 11 décembre 2018, le reportage « les aliments industriels nous rendent-ils malades ? » réalisé par une chaine publique, d’une violence inouïe, présente les industriels de l’alimentaire comme des « ennemis de notre santé ». Les ingrédients d’origine végétale de l’amidonnerie sont pointés du doigt parmi de nombreux autres, alors que jamais aucune preuve scientifique n’est apportée pour étayer la critique. Notre profession propose pourtant depuis le milieu du XIXème siècle des ingrédients utiles grâce à un savoir-faire unique. Et oui, nous en sommes fiers ! « Faux aliments », « apprentis sorciers », « délétères pour notre santé » … les qualificatifs sont tellement éloignés de la réalité qu’il sera difficile de faire pire. L’amidonnerie est ainsi mise en accusation pour un soi-disant procédé de cracking qui est en réalité le propre de la pétrochimie. L’amalgame est séduisant pour chercher à faire peur. Pourtant nos procédés sont simples, souvent anciens et préservent toujours les qualités nutritionnelles des ingrédients. La séparation des différents constituants de la plante (amidon, germes, fibres, protéines) est réalisée grâce à des mécanismes physiques comme le broyage du grain, le tamisage, la centrifugation. L’obtention des ingrédients issus de l’amidon tels que le sirop de glucose fait intervenir les processus naturels du corps humain comme l’hydrolyse. Le rapprochement qui est fait entre certains ingrédients de l’amidonnerie et une alimentation qualifiée d’ « ultra transformée » est en réalité sans objet. En effet, nos ingrédients sont représentatifs de la diversité de l’alimentation des Français : qu’il s’agisse de l’alimentation fait maison, de l’alimentation traditionnelle préparée par le pâtissier ou le confiseur, de l’alimentation hors du foyer, de l’alimentation santé, éthique, ou encore de celle qui répond aux besoins spécifiques des nourrissons, des sportifs et des personnes âgées, de celle d’une population active qui travaille et qui demande qualité, équilibre et facilité de préparation... Pourquoi ? Car tous ces ingrédients répondent à des attentes bien précises : lier une sauce grâce à un amidon, donner de l’onctuosité et du volume à un gâteau avec du sirop de glucose, faciliter la digestion avec la maltodextrine ou varier les sources de protéines grâce aux protéines végétales. Le métier d’amidonnier consiste à valoriser les propriétés uniques des constituants présents dans les plantes dans des recettes alimentaires très diverses. Cette activité existe depuis l’antiquité et repose sur des pratiques traditionnelles sans cesse renouvelées. Les produits de l’amidonnerie sont sûrs, sains, de qualité et issus de matières agricoles locales sélectionnées avec soin dans plus de 15 000 exploitations agricoles françaises. Première amidonnerie en Europe et quatrième mondiale, l’amidonnerie française est fière de son engagement dans la filière alimentaire française, fière de son rôle essentiel sur la balance commerciale française, mais surtout fière de savoir répondre aux attentes de ses clients dans l’intérêt des consommateurs ! Voilà la réalité ! Aucun reportage ne l’altèrera. Thomas GAUTHIERDélégué Général de l’USIPA .




 
    images background

    Ce site utilise des cookies, vous pouvez accepter ou refuser leur dépôt. Si vous changez de page sur ce site, le responsable du site pourra recueillir des statistiques de visites anonymes pour améliorer la navigation. En savoir plus.