En bref - Historique-suite

De la fin de la guerre aux années 90 :

Par rapport à la situation qui prévalait en 1946, de profondes évolutions ont eu lieu pendant les 3 décennies qui ont suivi la guerre

indent1 De plus d’une cinquantaine d’unités vers 1946, le nombre deféculeries de pommes de terre en France est passé à 3 vers la fin des années 70, puis à 2 aujourd’hui : sites de Vecquemont (Roquette) et d'Haussimont (Syral/Haussimont) ;

indent1 Le secteur de l’amidonnerie de maïs a vu sa production se concentrer dans le nord de la France sur les sites d’Haubourdin (Cargill), dans la banlieue de Lille, et de Lestrem (Roquette) dans le Pas-de-Calais, tandis que disparaissaient 2 petites unités, l’une en Alsace, à Logelbach, l’autre dans le Nord, à Aire- sur-la-Lys ;

indent1 La disparition de quelques glucoseries, ainsi que de petitesglutenneries et amidonneries de riz , auxquelles étaient parfois associés des glucoseries et des ateliers de fabrication d’amidons transformés et dextrines (à noter toutefois que la dernière petite unité en date, celle des Amidonneries françaises de Valenciennes n’a fermé que récemment, en 1999) ;

indent1 Les fabricants de caramels colorants, de leur côté, construisaient une industrie moderne et adaptée aux attentes de l’industrie alimentaire. Quatre sites sont aujourd’hui en activité : Feurs (Nigay), Boves (Metarom), Cognac (Pecner) et Merville (Sethness-Roquette)


historique2 
 
    images background